Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2012

Un coup de rouge !

P1120207.JPGLe moteur et la transmission étant en place sur le châssis, il faut s'attaquer à la peinture. Les jantes, d'abord... Après avoir été décapées et poncées, elles reçoivent deux couches de Rustol CIP. J'ai improvisé une cabine de peinture dans le garage, le résultat est bon, mais l'asphyxie totale.

P1120224.JPG

Le masque à poussière complété par un foulard est totalement inefficace. On avale un brouillard rouge qui passe les poumons à l'antirouille. Il me faudra pour la suite acheter un masque à filtres ou peindre dehors. Quoi qu'il en soit, les jantes à rayons, c'est joli, mais à peindre, c'est la galère. On utilise beaucoup de peinture pour peu de surface. Après ces deux couches de Rustol, je prévois un égrenage au 500 et deux ou trois couches de noir.

 J'en ai profité pour jeter un oeil au capot, poncé l'an dernier et passé au phosphatant Restom. Hélas, il devait rester d'infimes traces de rouille (le phosphatant n'est pas un destructeur de rouille ni un passivant, il protège seulement le métal mis à nu.) et quelques petits points étaient réapparus. J'ai donc décidé de passer une sous-couche de Rustol aussi, afin d'éviter de voir fleurir de jolies cloques quand j'aurai fait la peinture. Je pense procéder ainsi pour les ailes et la caisse.

P1120226.JPG

Je vais faire des essais pour voir si le Rustol CIP supporte un apprêt mono composant. Si oui, j'en passerai deux couches que je poncerai au 1000 ou 1200 avant la peinture définitive..

Les commentaires sont fermés.