Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2012

Passons aux choses sérieuses...

Depuis un bout de temps déjà, j'avais dévissé (avec quelques litres de dégrippant...) les 8 boulons qui solidarisaient la caisse au chassis. Il me fallait trouver l'occasion d'avoir dans le secteur quatre paires de bras (même pas trop musclés...) pour sortir la coque de la voiture afin d'accéder au chassis et au dessous de caisse pour un petit coup de neuf.

P1110749 - Copie.JPG

 Profitant d'un repas de famille (avant l'apéro...) j'ai donc battu le rappel. Quatre pour lever et un cinquième muni de la pince coupante, au cas où un vestige du circuit électrique n'aurait pas été coupé. J'avais pris la précaution de démonter la colonne de direction, afin que ça passe mieux, car je n'ai pas ôté le tableau moteur (Tout ce qui peut contribuer à la rigidité de la caisse est le bienvenu...). P1110752 - Copie.JPGEn deux temps trois mouvements, la caisse s'est retrouvée les pattes en l'air, montrant un plancher paré d'un jolie couche de rouille superficielle.

P1110785.JPG Le chassis, lui, est gras, poussiéreux, présente de la rouille superficielle, mais est parfaitement sain.

P1110781 - Copie.JPG





Au programme maintenant : grattage plancher, rustol CIP et deux couches de noir... Pour le chassis, démontage des accessoires (amortisseurs à friction, commande de freins...), vérification des caoutchoucs, bagues, garnitures de freins... Dépose du moteur et de la boîte... Grattage, Rustol CIP et deux couches de noir... De quoi m'occuper un moment !

P1110765 - Copie.JPG

Ensuite, pose d'un nouveau moteur "neuf" et remontage. Le mois de juillet n'y suffira sans doute pas!

à suivre...

21/05/2012

Le carrossier improvisé...

P1010017.JPGLes ailes ayant été ressoudées, il me fallait, après les avoir décapées (grosse galère, l'ancienne peinture résistait à tous les décapants...), redresser au mieux les multiples bosses que cette venérable auto avait collectionnées au cours de sa longue vie. Je me suis donc procuré le matériel de base du tôlier, à savoir quelques "tas" et quelques marteaux de tôlier-formeur.P1010009.JPG J'ai ensuite regardé pas mal de doc et je me suis lancé. A petits coups timides, d'abord, puis en tapant comme un sourd, étonné de voir que j'obtenais un certain résultat. Bien sûr, je suis encore loin du CAP de tôlier-formeur, mais le plus gros des bosses a disparu des ailes. Une vidéo très intéressante sur le travail d'un tôlier-formeur de chez Peugeot, c'est ici :

http://www.noe-tv.net/focus-les-metiers-de-l-automobile-e...

Les ailes, débosselées et décapées, ont reçu sur chaque face une impression de phosphatant de chez Restom. J'ai ensuite passé une couche de Rustol CIP à l'intérieur des ailes. Je recouvrirai cette base de peinture noire quand je peindrai les ailes. Peut-être aussi d'un anti-gravillons, faut voir...

P1010021.JPG

En ce qui concerne la face extérieure, des ailes, je me propose dans les semaines qui viennent de mastiquer les imperfections qui subsistent, poncer, passer deux couches d'apprêt garnissant, de reponcer... Viendra le temps de faire alors une peinture "poli-lustrée", mais ça , c'est une autre histoire...

Bientôt les images des boiseries qui sont sur le point d'être terminées...

14/04/2012

Quelques points de soudure...

P1090611.JPGIl est des choses qu'il faut savoir déléguer... La soudure en est une, pour moi qui ne suis qu'un amateur. Mais je ne voulais pas sous-traiter ce travail à un carrossier professionnel. D'abord car les sommes demandées sont pharamineuses, et ensuite car je voulais assister aux opérations et apprendre un peu.

P1090661.JPG

P1090642.JPG

 





J'ai réussi à trouver l'artiste tout près de chez moi. Un soudeur de métier qui a bien voulu se charger de rapiécer les ailes de la LR2. "Rapiécer" est le mot, car si les ailes présentaient assez bien, elles étaient néanmoins couturées de jolies fissures, belles déchirures et petits trous.


P1090666.JPG

Aux commandes de son "MIG", mon voisin m'a montré ce qu'était la maîtrise de son art. En 1 h 30, le tour était joué et les 4 ailes raccommodées. Il me restera à finir de décaper, phosphater, mastiquer, poncer, apprêter et peindre. Et ça, je vais le faire tout seul...

19/08/2011

A fond la caisse !

P1070749.JPG

En attendant d'avoir un garage digne de ce nom pour "décoquer" la bête, j'en ai profité pour gratter la face intérieure du plancher. Il n'est pas du tout corrodé, à peine un peu attaqué dans le puits de batterie, mais presque rien. Il faut dire que la tôle était protégée par un satané "Blaxon", goudron ou autre. J'en ai bavé pour tout retirer au grattoir. Des heures à me contorsionner, jouant du grattoir, de la brosse métallique et de la toile émeri, l'ampoule de la baladeuse me grillant le derrière, les reins et les genoux en compote. Mais quand on aime, on ne compte pas. Il fallait ôter cette saleté, car en dessous, madame la rouille commençait à s'installer. 

P1070751.JPG

Une fois le métal à nu, j'ai passé une couche de Rustol "CIP", car je prévois de peindre le plancher au pistolet en noir quand j'en serai à la carrosserie (ce Rustol est prévu pour recevoir les peintures bi-composant). J'ai appliqué le produit au pinceau. Les pigments rouges font qu'on voit bien les traces ! C'est beaucoup moins liquide et "fusant" que le Rustol traditionnel. Pas de coulures... Dans 72 heures (temps de séchage) égrenage au papier 500 et deuxième couche. Elle sera suivie d'un second égrenage. Ensuite, mais pas avant un moment, même punition pour la face extérieure (quand j'aurai "décoqué"). Je pourrai alors me lancer dans la peinture polyurétane au pistolet.

19/07/2011

Déshabillez-moi !!!

Le temps est moche ces jours-ci. J'en profite donc pour déshabiller mémère. Un petit lifting de ses dessous ne sera pas superflu. Dépouillée de ses ailes et de son capot, mamie prend des airs de "Hot road"...

P1070605.JPG

Certains d'ailleurs n'y résitent pas et transforment ces braves autos en les "coursifiant". Ce n'est pas mon cas et ma Rosengart retrouvera (un jour prochain...) ses larges ailes rondouilllardes et débosselées. Les ailes sont venues dans trop de difficutés, dégrippant oblige. Je vais les décaper, ainsi que le capot, et les phosphater en attendant soudure et peinture. 

Le chassis est impeccable, il faudra juste le gratter et le repeindre. Le seul truc, c'est que le plancher a dû être refait et a été riveté et soudé ! Il va sans doute falloir opérer sans démontage. Torticolis et contorsions à venir...  

P1070606.JPGP1070607.JPG

En revanche, les roues n'ont aucun jeu latéral, ce qui est plutôt bon, et les freins semblent efficaces.