Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2012

Parlons un peu chiffons...

L'hiver n'est pas terminé, il faut trouver à avancer un peu sur le chantier de la restauration tout en restant au chaud. 

J'ai donc acheté du tissu pour refaire sièges et garnissage. Je n'ai bien sûr pas trouvé le tissu d'origine. Après avoir traîné dans tous les magasins de tissu du secteur, chez les tapissiers, fouillé le grenier familial, exploré le web et fait venir des échantillons de chez Comptoir de la Carrosserie à Toulouse, j'ai fini par me décider pour un tissu qui me plaît, en jacquard de coton (13 euros le m en 140, tout bonnement chez EURODIF à Auxerre). Plutôt que d'essayer d'imiter, mieux vaut peut-être garder l'esprit. L'idée, c'est le losange...

Tissu d'origine Rosengart (comme neuf car c'est l'envers d'un siège...)P1060639 - Copie.JPG

Echantillons de chez Comptoir de la Carrosserie (Celui de gauche n'était pas mal...)

P1090079.JPG

Tissu que j'ai acheté (il est plutôt beige alors qu'il fait un peu rose sur la photo...)

P1090077 - Copie.JPG

J'ai pris aussi un coordonné plus clair pour le ciel de toit. A l'origine, garnissage et ciel de toit étaient identiques au niveau motifs, le tissu du ciel de toit étant beaucoup plus léger. Mais ça faisait un peu chargé à mon goût, style "bonbonnière" et sombre compte-tenu de l'absence de vitres latérales sur le faux cabriolet.

Quelques photos quand même de l'avancement des travaux qui ont été faits cet été sur les structures. Démontage complet des sièges, grattage, traitement antirouille et peinture des structures. Remplacement de la toile de jute par une toile neuve. Fabrication de nouveaux dossiers en contreplaqué.

P1060733.JPG

J'aurai aussi à créer de toutes pièces un siège arrière, qui a dû disparaître pendant l'exode. Je pense acheter sur internet des ressorts et m'improviser tapissier, à moins que je ne récupère un vieux matelas pour le cannibaliser. On verra...

P1060661.JPG



 

Et pour le ciel de toit, y'a du boulot. D'abord le démonter sans trop le déchirer pour avoir un patron. Ensuite reproduire le patron en cousant les bandes d'agrafage. Enfin, fixer tout ça à la structure bois du pavillon. Le tout bien sûr sans faux plis ! Une vraie partie de plaisir... Mais comme avant il faut décoquer, refaire les boiseries, repeindre la caisse et poser le toit en moleskine (acheté chez Comptoir de la Carrosserie...), le ciel de toit une fois confectionné attendra le dernier moment pour être fixé au plafond !

Ici, une vue de l'état du ciel de toit ! Vous l'aurez compris, la moleskine de toit est aussi à changer ! Ce sera pour plus tard.

P1040082.JPG

Ciel de toit suspendu, garnissages contrecollés sur cartons, garnissage des sièges, création de la banquette arrière... Un peu de boulot en perspective !

02/05/2011

La sellerie (1ère partie)...

Quand on ne sait trop par quel bout commencer, on s'attaque à quelque chose qui semble facile. La sellerie à l'air rudimentaire, ça fera l'affaire. Cette LR2 est une trois places, mais comme le siège arrière a disparu, ça va aller plus vite (au passage, si quelqu'un a des photos du siège arrière d'origine, je suis preneur...).

Les sièges sont recouverts de simili d'une épaisseur impressionnante, et plutôt en mauvais état. Après démontage, je découvre que ce n'est pas la sellerie d'origine, car l'ancien tissu est en dessous. Je le conserve pieusement. La restauration précedente a dû être faite dans les années 50 par un bourrelier qui connaissait son métier. C'était bien fait mais les années ont passé.

L'assise comme le dossier se compose d'une armature à ressorts recouverte de toile de jute. Vient ensuite une couche "végétale". Du foin, en quelque sorte... Puis un feutre gris, le tissu d'origine et enfin le recouvrement en simili datant de l'ancienne restauration.

P1060482.JPGP1060484.JPGP1060641.JPGP1060643.JPGP1060644.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout ce petit monde vient s'encastrer dans la structure métallique du siège. Celle du passager est basculante pour permettre d'accéder à la place arrière et à la batterie située dessous. A en juger par les points de soudure, les pièces rapportées et les rivets en grand nombre, la structure à pas mal souffert aussi.

Finalement, cette opération, qui semblait facile, va me prendre un temps impressionnant. J'ai le pressentiment qu'il en sera ainsi pour chacune des étapes...

 

à suivre...